INSOLITE – La Fusca, fierté nationale

Vocho au Mexique, Käfer en Allemagne, Beetle ou Bug en Angleterre, Coccinelle en France et Fusca ici, la plus célèbre des Volkswagen jouit sur le territoire brésilien d’un popularité à peine croyable. Elle côtoie quotidiennement dans les rues des grandes villes ou sur les routes de campagne les « jeunettes » à qui elle n’a rien à envier. Jadis voiture populaire, elle compte aujourd’hui de nombreux fans brésiliens, les « fuscamaniacos ». En voiture !

Un éclat nouveau sous le soleil du Brésil
C’est en 1959 que sont construites les premières Fuscas sur le sol
brésilien. Auparavant, elles étaient relativement rares ici car elles étaient importées en pièces d’Allemagne. Jadis dénommée Sedan,
le surnom de Fusca est donné à la plus célèbre des voitures allemandes en 1979 mais ses origines restent obscures, on parle
d’une dérive de prononciation de Volkswagen. Avec ses courbes voluptueuses et sa mécanique simplissisme, la voiture alors bon marché séduit très vite les Brésiliens pour qui elle est très accessible.

Au fil des ans, la voiture subit des modifications et les modèles construits de ce côté de l’Atlantique ne sont pas tout à fait les mêmes qu’en Europe. Après une pause dans les années 80, en 1993, la production de Fuscas reprend sur le sol brésilien selon la volonté du président Hamar Franco. Elle cessera définitivement en 1996 avec une ultime série limitée dont chaque exemplaire est numéroté. Au total, plus de 3 millions de Fuscas ont été produites au Brésil. La Coccinelle est sans aucun doute pour les Brésiliens ce que la 2CV est pour les Français : une voiture de légende. Elle a même son jour national au Brésil : le 20 janvier !

La fuscamania
Parmi les nombreuses Fuscas encore en circulation aujourd’hui, certaines sont de collection et sont bichonnées par leurs propriétaires. La plus grande association de propriétaires de voitures Volkswagen, le Fusca Clube do Brasil, compte pas moins de 15.000 membres dans tout le pays et vient de fêter son 25ème anniversaire. C’est lui qui attribue notamment le certificat d’authenticité aux plus belles voitures encore en état et respectant tout un ensemble de critères.

La tendance est à la remise en état d’origine plutôt qu’à la customisation. Ainsi, les voitures rénovées le sont en respectant le modèle et la couleur d’origine (de majorité beige). Retaper entièrement une Fusca coûte en moyenne entre 10.000 et 15.000 R$, cela nécessite le recours à un mécanicien spécialisé et beaucoup de patience car réunir toutes les pièces peut prendre beaucoup de temps. Tout y passe : chassis, carrosserie, moteur, intérieur… Mais le jeu en vaut la chandelle !
Marcello, fuscamaniaco, possède 4 Fuscas dont 2 sont actuellement au garage pour subir un « lifting ». Elles ont toutes un nom : Brastemp, Amarelinho, Cerejinha et Taturana. Il utilise chaque jour une de ses merveilles, Cerejinha – splendide modèle rouge de 1969, moteur 1300 – pour se rendre à son travail. Incroyable, le poste-radio d’époque fonctionne encore !

L’aventure vous tente ?
Attention, vous devez savoir que chaque Fusca est unique, qu’elle a sa propre histoire. Les prix varient énormément en fonction du modèle, de l’année, de l’état bien sûr mais aussi de l’endroit du pays où vous l’achetez. S’il est encore possible de dégoter par chance une Fusca pour 5.000 R$, il faut compter au moins 10.000 R$ pour une voiture qui tienne la route mais les prix grimpent vite, notamment pour les voitures ayant été rénovées ou celles en série limitée.
Trouver la perle rare est un véritable casse-tête car les heureux propriétaires ne les vendent souvent qu’à contre-coeur. Et aussi élégante soit elle, la belle n’a ni la climatisation, ni la direction assistée et elle est selon certains relativement inconfortable, ce qui peut poser problèmes pour les non amateurs. Mais vous pouvez toujours profiter du charme de cette voiture de légende lors d’une
balade touristique en Fusca dans les rues de Rio.
Alors oubliez les embouteillages de São Paulo et laissez vous bercer par le doux ronronnement du moteur d’une somptueuse Fusca pour un voyage dans le temps assuré !

Clémentine VAYSSE (www.lepetitjournal.com – Brésil) lundi 4 octobre 2010

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :