RESEAUX SOCIAUX – Le Brésil, pays d’Orkut dans un monde de Facebook

Orkut, vous connaissez ? Deux tiers des internautes brésiliens l’utilisent. Tandis que Facebook domine sans conteste internet avec plus de 590 millions de visiteurs dans le monde en janvier 2011, loin devant son principal concurrent Twitter, les Brésiliens font office d’exception avec une large préférence pour Orkut, réseau social développé par Google. Jusqu’à quand ?

Le principe des deux sites est le même : développer son réseau et rester en contact avec ses amis, et les amis de ses amis, ainsi de suite. Si vos connaissances sont sur un site, vous avez tout intérêt à vous inscrire sur celui-ci. En matière de choix de réseau social, le Brésil – désormais au 8ème rang mondial en nombre d’internautes* – se démarque du reste du monde en étant connecté principalement sur Orkut.

7 ans de succès croissant
Le réseau a été créé début 2004 par un ingénieur de Google Turquie, Orkut Büyükkökten et était à ses débuts très simple. Pour y entrer, on devait y être invité. Très vite, le site est venu se placer en tête des fréquentations internet, et grâce à de nombreuses modifications – on parle de 30.000 depuis les débuts – il a su s’installer et fidéliser ses utilisateurs. 2005 est l’année de la consécration, celle de la traduction du site en portugais conquérant une bonne fois pour toute les Brésiliens.

L’année suivante, l’entreprise est attaquée en justice par l’Etat brésilien à cause de certains contenus qui appelaient à la violence, notamment au racisme et à l’homophobie.

Le Brésil étant le principal pays utilisateur d’Orkut au niveau mondial – 50,60% des inscrits sont Brésiliens, suivi de l’Inde avec 20% – la gestion du site est déléguée à Google Brésil à partir de 2008.

Qui utilise le plus Orkut ?
Actuellement, 75% des internautes brésiliens, tous types d’accès confondus (domicile, cyber café,  collectivité), auraient un compte Orkut*. Pour donner un élément de comparaison, aux Etats-Unis, 51% des websurfeurs ont un compte Facebook. Seule la Turquie, avec 82% de possession de compte facebook, atteint un tel score**.

Le magazine Epoca, dans un article sur le sujet datant de fin mars, publie des statistiques intéressantes sur le profil des utilisateurs. En ressort le fait qu’il y a plus de femmes que d’hommes sur Orkut (54%/ 46%), tandis que sur les autres réseaux – Facebook, Twitter et Linkedln –  il y a deux fois plus d’hommes que de femmes. Quant au niveau d’études, les chiffres montrent que les utilisateurs d’Orkut sont principalement sans diplôme, seuls 11% ont complété leurs études supérieurs. Rappelons que Facebook avait été créé à ses débuts pour les étudiants de grandes écoles américaines. Du côté de la moyenne d’âge, Facebook concernerait en priorité un public plus âgé. 39% des « Orkutiens » ont moins de 17 ans, 37 % entre 17 et 35 ans.

Orkut vs. Facebook
Les derniers chiffres publiés par Comscore révèlent que le réseau créé par Mark Zuckerberg rattrape à grands pas son concurrent, atteignant la moitié du nombre de visiteurs uniques (17,92 millions pour Facebook, 32,4 millions pour Orkut). Il y a un an, le géant américain avait à peine 5 millions de visiteurs au Brésil, contre 24,6 millions pour le site de Google. Outre le fait qu’Orkut continue à croitre, beaucoup disent que ce dernier ne va pas garder sa position dominante longtemps.

On peut tout à fait avoir un compte de chaque réseau me direz-vous… Sauf que les chiffres montrent que si 88,5% des utilisateurs de Facebook utilisent également Orkut, la réciproque n’est pas vraie puisque 32,5% des utilisateurs du second se connectent sur le réseau américain. La bataille entre Orkut et Facebook fait rage, il n’y a visiblement pas de place pour deux réseaux sociaux proposant le même service au Brésil. Les deux entreprises se lancent dans une course à la séduction des internautes brésiliens, pour gagner chaque jour un peu plus d’adhérents. Dernière grande tendance : les jeux en ligne qui cartonnent sur les deux sites et sont très lucratifs.

Plus intuitif et personnalisable, Orkut se démarque en jouant la carte du « réseau social des Brésiliens », adapté à leurs attentes. Ce qui n’est pas le cas de son concurrent qui lui surfe sur l’américanisme à la mode. Combien de temps avant que Facebook ne vienne à bout de son rival au Brésil ?

Clémentine VAYSSE (www.lepetitjournal.com – Brésil )

*Comscore  “Estado da Internet“
** DoubleClickAd Planner
http://www.scribd.com/doc/48622322/ComScore-SOI-Brazil-Webinar-Feb-2011

Advertisements
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :