EXPOSITION – Le Brésil du XIXème vu par un peintre français

Arrivé au Brésil en 1816 avec d’autres artistes français, Jean-Baptiste Debret a laissé à travers ses œuvres de nombreux témoignages sur les us et coutumes de l’époque. La Caixa Cultural propose jusqu’au 16 juin une très belle exposition intitulée « Debret Viagem ao Sul do Brasil »

Au XIXème siècle, ce sont les artistes étrangers qui ont le plus peint le Brésil. Jean-Baptiste Debret (1768-1848) fait partie de ses peintres qui ont fixé dans le temps la vie coloniale. Son Voyage Pittoresque et Historique au Brésil, ou Séjour d’un Artiste Français au Brésil, publié à son retour en France, reste une référence pour les Historiens.

Des Français à la Cour
Sollicitée par Dom João VI, la Missão Artística Francesa avait pour but de développer le système d’enseignement supérieur artistique, dans le cadre du renouveau des relations diplomatique entre les deux pays à la chute de Napoléon. La Cour Portugaise, alors exilée à Rio de Janeiro, entendait rénover la vie culturelle du pays. Selon cette volonté, Antonio de Araujo e Azevedo, Comte de Barca aurait eu l’idée d’inviter quelques artistes français. Avec Joachim Lebreton comme leader, le groupe forme une école d’arts qui deviendra par la suite les Beaux-Arts.

Peintre apprécié de la Cour en exil, Jean-Baptiste Debret a été régulièrement amené à en représenter les membres, comme Dom João VI et l’Archiduchesse Maria Leopoldina d’Austriche. Lors de son  mariage avec Dom Pedro I, le Français peindra la scène d’arrivée dans le port de Rio, acclamée par le peuple. Il installe son atelier à l’Académie Impériale en décembre 1822 et devient un éminent professeur dès 1826. Trois ans plus tard, il organise la première exposition d’art du Brésil. Dans le cadre d’une correspondance avec son frère, curieux d’en savoir plus sur la vie outre-Atlantique, Debret fait de nombreux croquis de rue, de personnages et de scènes courantes. Il s’intéresse tout particulièrement aux esclaves et aux indiens. Avec le travail de l’Allemand Johann Moritz Rugendas (1802-1858), ses œuvres constituent un des plus importants supports de documentation sur la société des dernières décennies du XIXème siècle.

Diffuser ce passé national
L’exposition à la Caixa Cultural présente une soixantaine de toile représentant des paysages et des scènes de vie, qui proviennent de la Fondation Castro Maya. Raymundo Ottoni de Castro Maya (Paris 1894 – Rio de Janeiro 1968), homme d’affaire et surtout grand amateur d’art, avait à cœur de partager avec le public ses acquisitions. Il avait acheté dans les années 40 plus de 500 œuvres de Debret, qu’il considérait comme faisant partie du patrimoine culturel du pays. C’est également ce grand personnage carioca qui a œuvré pour publier au Brésil des ouvrages contenant les peintures de Jean-Baptiste Debret.

Passionné d’art ou d’Histoire, ne passez pas à côté de cette exposition qui permet de mieux connaître le Brésil de la fin du XIXème.

Clémentine VAYSSE (www.lepetitjournal.com – São Paulo)

Informations pratiques :
Debret Viagem ao sul do Brasil – Entrée gratuite
Jusqu’au 19 Juin 2011 – Du lundi au samedi de 9h à 21h
Caixa Cultural São Paulo
Av. Paulista, 2083
http://www.caixa.gov.br/caixacultural

Publicités