TOURISME – Salvador, ou l’autre Brésil

Pour tout carioca ou pauliste, Bahia est un pays différent. Chargée d’Histoire et pleine de mythes, la Capital da Alegria a un charme bien à elle. Passée la période agitée du Carnaval, petit tour dans cette ville qui prend le temps de vivre

São Salvador de todos os santos, troisième ville en taille du pays, réputée pour la gentillesse et le sourire de ses habitants, les soteropolitanos, est avant tout un témoignage : du passé, de la construction de la mosaïque qu’est le pays, des différentes périodes qu’a traversées la terre du Pau Brasil et surtout du riche apport culturel des immigrés africains. Son climat chaud et sec en fait une destination très agréable lorsque les températures descendent au Sud.

Roma Negra
La légende dit que Salvador serait dotée de 365 églises catholiques, soit une pour chaque jour de l’année. Première capitale du Brésil, son patrimoine architectural, baroque et coloré, lui donne un cachet atypique. La vielle ville, située côté baie, est composée de deux parties : le port, où l’on trouve le Mercado Modelo (ex marché des esclaves, transformé en un ensemble de stands de souvenirs) et le Pelourinho, ville haute. Pour y accéder, il faut prendre le célèbre Elevador Lacerda, construit en 1873. Arrivé au sommet, la vue est impressionnante.

Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1985, le Pelourinho regorge de monuments historiques tout aussi beaux les uns que les autres.  Ne râtez pas les incontournables Terreiro de Jesus et le Largo do Pelo, mais l’église São Francisco vaut aussi le détour.

Le soir, le Balé Foclorico da Bahia, présente des spectacles de danse traditionnelles très intéressants. Un peu plus au Sud, vous trouverez la place Campo Grande, lieu central du Carnaval.

Au bord de la mer, le Musée d’Art Moderne mérite de s’y attarder, ne serait-ce que pour la vue. Il propose le samedi soir des concerts de jazz avec coucher de soleil inoubliable.

Caïpirinha de caju, acarajé et moqueca au bord de la mer
La ville étant assez étendue, un tour en bus touristique permet de se rendre d’un lieu à l’autre plus facilement. Plus à l’écart se trouve l’Eglise de Nosso Senhor Bonfim et ses fitinhas de toutes les couleurs, emblème de la ville. En revenant le long du littoral, s’élèvera face à vous le célèbre phare de Bahia à l’entrée de la baie – Farol do Barra – ainsi que sa plage renommée. Le quartier Rio Vermelho, plus moderne, est idéal pour dîner le soir. Il est en effet impossible de parler de Salvador sans évoquer les merveilles gustatives que l’on peut y découvrir.

Au Mercado do Peixe, lieu de rencontre populaire, on peut manger une très bonne moqueca de camarão pour un prix très raisonnable. Le crabe – caranguejo – cuisiné dans du lait de coco, y est délicieux et bon marché. Pour accompagner le tout, une petite caïpirinha de cajù. Vous n’échapperez pas non plus aux acarajés – petits beignets fris garnis de crevettes – vendus un peu partout par des femmes en costume traditionnel.

Tant que vous êtes à Bahia, pourquoi ne pas en profiter également pour passer quelques jours sur les plages paradisiaques du littoral bahianais ? Mais ça, ce sera pour un prochain article !

Clémentine VAYSSE (www.lepetitjournal.com – São Paulo)

Publicités

TOURISME – Ilhabela, la magnifique

Parmi les destinations les plus prisées du littoral pauliste, rencontre idyllique entre océan, montagne et forêt tropicale, Ilhabela – située en face de São Sebastião – est une petite merveille, parfaite pour quelques jours de repos parmi les colibris. Sportifs ou adeptes de la bronzette, n’hésitez plus !

A quelques heures de transport de la capitale, Ilhabela est la seconde plus grande île maritime du Brésil et bénéficie d’un cadre exceptionnel. Plus des trois quarts de son territoire sont encore recouverts de Matâ Atlantica, protégée depuis 1977 par un Parc national. Très peu urbanisée, elle a gardé toute sa splendeur.

Côté plage
Avec 36 km de côte et 45 plages, le voyageur a l’embarras du choix. Des plus sauvages, accessibles uniquement par bateau, aux plages les plus fréquentées, elles ont toutes leur charme. Les plages côté océan, dont la plus connue est Castelhanos, sont à couper le souffle, mais s’y baigner est délicat car les courants sont très forts. Pour y accéder, il faut prendre un bateau ou traverser l’île en jeep. L’option maritime, avec quelques dauphins pour les plus chanceux, vaut la peine.

Au nord du port où arrive la Balsa (navette maritime), les plages do Perequê, Engenho d’Agua  et Santa Tereza, avec son marché de poissons, sont très agréables et tranquilles. Les plages du Sud, plus étroites, sont paradisiaques et parfaites pour les adeptes de plongée. Emportez votre masque et tuba : pas nécessaire d’être un professionnel pour admirer de beaux poissons. Au Sud de la Balsa, la Praia Pedras Miudas (Ilha das Cabras) est très mignonne, mais pas autant que sa voisine, la Praia do Oscar. Coup de cœur pour la Praia Julião, dont le restaurant de plage est d’un très bon rapport qualité/prix. Une constante : de l’eau transparente et un paysage magnifique.

Pour les aventuriers
Ilhabela jouit d’une faune et d’une flore exceptionnelles. De nombreuses trilhas permettent d’en profiter, mais il est fortement conseillé de faire appel à un guide. Le relief montagneux rend quelques promenades très sportives, comme celle qui mène au Pico do Baepi, à plus de 1000 mètres d’altitude, ou encore l’ascension du sommet le plus haut, le Pico do São Sebastião culminant à 1378 mètres. D’impressionnantes cachoeiras (cascades) attendent les plus courageux. Depuis la plage de Castelhanos, une trilha permet d’accéder facilement à la Cachoeira do Gato.

Le Parque Estadual – à qui l’on doit la préservation de la biodiversité de l’île – propose des circuits amenant à des piscines naturelles et à la cascade Agua Branca. La Mata Atlantica de l’île abrite plus de 800 espèces d’oiseaux, 180 d’amphibiens et 131 espèces de mammifères. Inutile de préciser qu’un bon anti-moustique et des chaussures de marche sont indispensables.

Clémentine VAYSSE (www.lepetitjournal.com – São Paulo) vendredi 15 avril 2011

Informations pratiques :

Accès :  
En voiture : 210 km de São Paulo. 435 km de Rio de Janeiro Aller jusqu’à São Sebastião puis prendre la navette maritime (toutes les demi-heures).
En car : depuis la Rodovaria Tietê – Compagnie Litorânea. Le bus dépose devant la Balsa http://www.passaromarron.com.br.
Remarque : il est largement possible de se déplacer en taxi et en bus sur l’île mais la voiture facilite les déplacements

Hébergement :
L’île compte de nombreuses pousadas, celles du Sud sont souvent très chères. Optez plutôt pour Barra Velha (proche de la Balsa) ou Perequê. Evitez le camping, particulièrement au sud, les moustiques ne pardonnent pas.

Quelques bonnes adresses :
Restaurant PIER 18. Av. Princesa Isabel, Perequê 657 (12) 3896-6222 – Cadre agréable, service de qualité, prix raisonnables, poissons et fruits de mer délicieux.
Ecoway Passeios, promenades en jeep et en bateau. (12) 3896-7222 http://www.ecowaypasseios.com.br
Pousada Mirailha. Traversa Pedro Garcia, 99. Barra Velha (12) 3895-1359.  http://www.mirailha.com.br. Sur les hauteurs avec une vue magnifique, piscine. Bon marché et propre. A éviter sans voiture.  
Point de taxi Barra Velha (proche Balsa) : (12) 3895-8234. Sur toute l’île les taxis fonctionnent avec des prix de courses dépendant de la zone.